Connaitre les politiques des éditeurs en matière de libre accès / SherpaRomeo

Tutoriel réalisé par le Service Commun de la Documentation de l’Université Bordeaux Ségalen

Publicités

The Journal of Universal Rejection (JofUR)

« The founding principle of the Journal of Universal Rejection (JofUR) is rejection. Universal rejection. That is to say, all submissions, regardless of quality, will be rejected. »

A propos :

Le principe fondateur de la revue Journal of Univeral Rejection (JofUR) est le rejet. Le rejet universel. C’est-à-dire, toute soumission, indépendamment de sa qualité, sera rejetée.  Une bonne revue, une revue de haut « rang », ayant un « facteur d’impact » qui décoiffe se doit d’être sélective. Elle rejette des articles, les plus mauvais ou les moins bons. Mieux, plus elle rejette, meilleure est sa qualité. « Nature » a un « taux de rejet » avoisinant les 92 %. Mais c’est sans compter sur la revue Journal of Univeral Rejection (JofUR). C’est simple, son « taux de rejet » est de 100%. Rien de moins !

Rendez vous sur le site afin de prendre connaissance des instructions qui vous garantiront assurément  le rejet.

–> http://www.universalrejection.org/

Nouvelle parution : L’évaluation de la recherche en sciences humaines et sociales : regards de chercheurs / Paul Servais, 2011

Résumé :
Qu’est-ce que évaluer la recherche ? Pourquoi et pour quoi évaluer la recherche ? Comment évaluer la recherche ? Y a-t-il des pièges à l’évaluation et lesquels ? La transition de l’évaluation de la recherche à l’évaluation des chercheurs est-elle inévitable, voire souhaitable ? L’évaluation induit-elle des changements dans la recherche ? Ces questions, et bien d’autres, préoccupent les chercheurs, comme les organismes qui les subventionnent et ceux qui les emploient. Ces préoccupations se situent dans un monde où collaboration entre chercheurs et internationalisation de la recherche sont devenues des normes de plus en plus prégnantes, alors que des budgets de recherche orientée importants ont été mis en place. Leur acuité est d’autant plus forte que les dispositifs d’évaluation a priori comme a posteriori se sont développés en conséquence. Pour les sciences humaines et sociales, des questions particulières se posent en outre : quelles conséquences les spécificités de leur objet ont-elles sur leurs pratiques, leurs résultats ? Quelles leçons en tirer pour leur évaluation? Quel a été l’impact de l’évolution du « pilotage et de l’évaluation » de la recherche en sciences sociales au cours des dernières décennies ? Quelles redéfinitions cela implique-t-il du rôle des chercheurs en sciences sociales ? Plus fondamentalement peut-être, quelles transformations des relations entre « connaissances » et « politiques » en a-t-il résulté ?

plus d’info

Vers un pilotage clientéliste de la recherche ? / Agora, 23.09.2011

Pour une nouvelle démarche d’évaluation des laboratoires de recherche, des enseignants-chercheurs et des chercheurs en économie / AFEP, 01.09.2011


Lire la réaction (L’économie de l’évaluation, billet du 04.10.2011) au rapport de l’AFEP du blog Agora :
http://agora.hypotheses.org/1044

Enquête sur les classements des universités / Benoît Floc’h, Le Monde, 06.10.2011