Mon dossier AERES / affordance.info, 02.07.2012

http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2012/07/mon-dossier-aeres.html

« Le coût du savoir »: Grogne des chercheurs contre les editeurs commerciaux

  Harvard rejoint les universitaires pour un boycott des éditeurs

Le Monde.fr | 25.04.2012 à 20h57 • Mis à jour le 26.04.2012 à 10h57

Par Anna Benjamin

Plus de 10 000 universitaires du monde entier ont déjà signé la pétition, « Le coût du savoir ». Elle appelle au boycott de Elsevier, le géant hollandais de l’édition qui publie 2 000 revues scientifiques différentes par an. En cause : le prix des abonnements à ces revues que payent les bibliothèques des universités. Elles dépenseraient souvent plus de la moitié de leur budget dans ces achats à trois grands éditeurs commerciaux : Elsevier, Springer et Wiley.

Lire le texte

« Publish or Perish » : que cache l’obsession bibliométrique / Guillaume Bouyt et Pierre Jeannin, MinesParisTech, mars 2012

Lire le texte

Suivi du projet IPERU « Indicateurs de production des établissements de recherche universitaire » / OST, 10.03.2012

http://www.obs-ost.fr/fr/dossiers/form.html?tx_ttnews[tt_news]=17

Je te cite, tu me cites… / Blog La science infuse, 07.03.2012

http://blog.science-infuse.fr/post/Je-te-cite-tu-me-cites

Lettre ouverte aux membres du CNU-04 (science politique) sur les revues et l’évaluation / évaluation-hypothèses.org

http://evaluation.hypotheses.org/1503

Citation sur commande dans les publications scientifiques : une étude aux résultats édifiants ! / biblioth|ê|thique, 05.03.2012

http://bibliothethique.net/2012/03/05/citation-sur-commande-dans-les-publications-scientifiques-une-etude-aux-resultats-edifiants/

La fronde des chercheurs contre Elsevier / Pour La Science.fr, 13.02.2012

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actualite-la-fronde-des-chercheurs-contre-i-elsevier-i-29118.php

L’évaluation de la recherche : pour une réouverture des controverses / Quaderni, n°77, hiver 2011-2012

Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur, classement de Shanghai des universités, classements des revues, définitions du chercheur publiant… L’évaluation est aujourd’hui omniprésente dans la recherche, et consubstantielle aux politiques scientifiques. On connait bien la généalogie de ces dispositifs, et le projet politique qui les motive. On en déduit parfois qu’ils font advenir un monde nouveau (faits de facteurs d’impact, de taux de citations, de recherche innovante, etc.) et véhiculent des prescriptions anthropologiques (l’avènement du chercheur publiant, conformiste, stratège…). Ce dossier thématique de Quaderni interroge le caractère mécanique, ou manichéen, de cette hypothèse. Soulignant la diversité des usages concrets de dispositifs d’évaluation en vigueur dans plusieurs pays, il suggère que les effets de l’évaluation ne sont pas une affaire entendue, mais qu’ils demeurent un objet controversé.

.

Sommaire :

Séverine Louvel, « Avant-propos : Réinterroger l’évaluation comme technologie de « pilotage à distance » » ;

David Pontille et Didier Torny, « Rendre publique l’évaluation des SHS : les controverses sur les listes de revues de l’AERES » ;

Julie Bouchard, « La fabrique d’un classement médiatique de l’enseignement supérieur et de la recherche » ;

Silke Gülker, Dagmar Simon et Marc Torka, « Evaluation of science as consultancy » ;

Lise Gastali et Caroline Lanciano-Morandat, « Les dispositifs d’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche : quel devenir pour des établissements singuliers ? » ;

Marc Vanholsbeeck, « Entre qualité prescrite et qualité souhaitable : l’ambivalence des chercheurs en communication face à l’évaluation de leurs publications » ;

Matthieu Hubert, Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau, « Les chercheurs et la programmation de la recherche : du discours stratégique à la construction de sens ».

The Journal of Universal Rejection (JofUR)

« The founding principle of the Journal of Universal Rejection (JofUR) is rejection. Universal rejection. That is to say, all submissions, regardless of quality, will be rejected. »

A propos :

Le principe fondateur de la revue Journal of Univeral Rejection (JofUR) est le rejet. Le rejet universel. C’est-à-dire, toute soumission, indépendamment de sa qualité, sera rejetée.  Une bonne revue, une revue de haut « rang », ayant un « facteur d’impact » qui décoiffe se doit d’être sélective. Elle rejette des articles, les plus mauvais ou les moins bons. Mieux, plus elle rejette, meilleure est sa qualité. « Nature » a un « taux de rejet » avoisinant les 92 %. Mais c’est sans compter sur la revue Journal of Univeral Rejection (JofUR). C’est simple, son « taux de rejet » est de 100%. Rien de moins !

Rendez vous sur le site afin de prendre connaissance des instructions qui vous garantiront assurément  le rejet.

–> http://www.universalrejection.org/

Vers un pilotage clientéliste de la recherche ? / Agora, 23.09.2011

Pour une nouvelle démarche d’évaluation des laboratoires de recherche, des enseignants-chercheurs et des chercheurs en économie / AFEP, 01.09.2011


Lire la réaction (L’économie de l’évaluation, billet du 04.10.2011) au rapport de l’AFEP du blog Agora :
http://agora.hypotheses.org/1044