« Le coût du savoir »: Grogne des chercheurs contre les editeurs commerciaux

  Harvard rejoint les universitaires pour un boycott des éditeurs

Le Monde.fr | 25.04.2012 à 20h57 • Mis à jour le 26.04.2012 à 10h57

Par Anna Benjamin

Plus de 10 000 universitaires du monde entier ont déjà signé la pétition, « Le coût du savoir ». Elle appelle au boycott de Elsevier, le géant hollandais de l’édition qui publie 2 000 revues scientifiques différentes par an. En cause : le prix des abonnements à ces revues que payent les bibliothèques des universités. Elles dépenseraient souvent plus de la moitié de leur budget dans ces achats à trois grands éditeurs commerciaux : Elsevier, Springer et Wiley.

Lire le texte

Supports d’interventions du Colloque « Evaluation des productions scientifiques en SHS » (CNRS, Paris, 9 et 10 juin 2011)

Suite au colloque sur « l’évaluation des productions scientifiques en SHS » organisé par le CNRS les 09 et 10 juin 2011, les supports  des intervenants sont en ligne…

Du bon usage de la bibliométrie pour l’évaluation individuelle des chercheurs

Rapport remis le 17 janvier 2011 à Madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

En janvier 2011, l’Académie des Sciences a remis à Madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche un rapport intitulé : « Du bon usage de la bibliométrie pour l’évaluation individuelle des chercheurs ». Par ce rapport, l’Académie a souhaité émettre un certain nombre de recommandations sur l’usage de la bibliométrie, qui peut aider à l’évaluation qualitative des chercheurs, mais moyennant le respect de règles rigoureuses.

Liberté des réseaux socionumériques, contrainte des chercheurs / Yves Gingras, Hermès n° 59, 2011

Numéro 59 de la revue Hermès consacré aux réseaux socionumériques : « Ces réseaux numériques dits sociaux », sommaire de la revue disponible ici.

en exergue, une réflexion d’Yves Gingras sur les réseaux socionumériques et les contraintes d’utilisation par les chercheurs :

Evaluating university research performance using metrics / linda butler and ian mcallister

Abstract

Evaluations of research quality in universities are now widely used in the advanced economies. The UK’s research Assessment Exercise (RAE), which began in 1986, is the most highly developed of these research evaluations. Based on peer review and involving some sixty-nine panels evaluating the research work of more than 50,000 academic staff, the exercise is expensive and time consuming. In this article, we examine the possibility that a quantitative, metrics-based approach can provide a low-cost alternative to expensive, qualitative peer review. To do this, we build on our previous work on political science by extending a metrics-based model to chemistry, using the results of the 2001 RAE. Our results show that no single model will apply across science and non-science disciplines. Any metrics approach to performance evaluation has to use a discipline-specific suite of indicators.

Article de la revue European Political Science (2011) 10, pp. 44–58 sur l’évaluation qualitative pratiquée au Royaume-Uni et les techniques bibliométriques purement quantitatives…

Lire l’article ici

Les 3 activités du chercheur : recherche, socialisation, valorisation / par Julien Pierre

Comment mettre ses travaux de recherche en valeur grâce au web 2.0 ? Quels en sont les apports, les limites ? Comment valoriser la recherche scientifique ?

Voici quelques éléments de réponse à travers ce support de formation dont l’auteur Julien Pierre est doctorant en SIC. Il prépare actuellement une thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la Communication (SIC), à Grenoble III, sous la direction de Fabienne Martin-Juchat, intitulée : « Pratiques, usages et enjeux sociopolitiques de l’identité numérique ». Sa formation s’intitulait : « La valorisation des réseaux sociaux dans la recherche scientifique »

Combien publient les politistes (…) / Fabien Jobard (RFSP, vol. 60, N°1, février 2010)

Chronique professionnelle :

Combien publient les politistes ? La productivité des politistes du CNRS et leurs supports de publication / par Fabien Jobard
Revue Française de Science Politique, vol. 60, n° 1, février 2010.

« Connaître la productivité des chercheurs en sciences sociales est une tâche difficile, et peu s’y sont attelés. Il faut par conséquent donner d’emblée crédit à Bernard Belloc, professeur des universités en économie, conseiller au Président de la république sur les questions d’enseignement supérieur et de recherche, de s’être récemment confronté à l’exercice. Au terme de son estimation, « 30 % » des chercheurs en sciences humaines et sociales ne publient jamais rien dans leur vie. Pas même dans la « Dépêche du Midi »… Lire la suite


CNRS et valorisation des carrières des chercheurs : point de vue

La Direction des ressources humaines du CNRS a publié le 4 janvier 2010 les déclarations de la directrice des ressources humaines, Christine d’Argouges :

Extrait :

Objectif : valorisation des carrières

Christine d’Argouges, directrice des ressources humaines du CNRS, revient sur la politique d’amélioration des carrières engagée depuis trois ans, une des priorités phares de l’année 2010. Elle fait également le point sur quelques autres chantiers… Lire la suite de l’entretien

Lire aussi la réaction du blog « La Science au XXIe siècle : Blog international du Collectif « Indépendance des chercheurs » (France) à cet entretien, dans le billet datant du 4 janvier 2010,  intitulé : « CNRS, universités, LRU et « managérisation » (IV).

« On ne peut pas compter tout ce qui a de la valeur, et ce que l’on peut compter n’a pas forcément de valeur. » sur le site de Sauvons La Recherche

C’est en mettant en exergue dans l’un de ses articles cette citation d’Albert Einstein qu’un chercheur en informatique de l’université de Zürich, très critique sur l’utilisation de la bibliométrie pour l’évaluation des individus, s’est involontairement retrouvé indexé comme co-auteur du célèbre physicien dans une grande base de données bibliométriques…

Lire la suite…

Les stratégies absurdes. Comment faire pire en croyant faire mieux (Maya Beauvallet, éd. du Seuil, 2009)

Olivier Bouba Olga, économiste, nous signale dans son blog l’ouvrage de Maya Beauvallet, également économiste et qui nous livre, dans son ouvrage quelques analyses sur les nombreux paradoxes liés à la mise en oeuvre des indicateurs de performance,  au sein de multiples organisations… Où l’on voit émerger les effets pervers liés à ces stratégies managériales, notamment dans le monde universitaire… (Baisse de la qualité, erreurs de mesure…)

Le h-index de Jacques Benveniste / (Gaïa Universitas)

gaiaJacques Benveniste (1935 – 2004) est un médecin et immunologiste français. Il atteint la notoriété en 1971 par la découverte d’un facteur activateur des plaquettes sanguines. Il est aussi connu du grand public pour un travail sur la mémoire de l’eau qui a donné naissance à une polémique. Les détracteurs des indicateurs bibliométriques citent parfois ce chercheur qui “crève tous les plafonds du facteur h, avec la mémoire de l’eau dont d’autres scientifiques ont montré la supercherie” (voir par exemple ici, exemple qui cite aussi A. Einstein qui “n’est pas un chercheur publiant !”, ce qui n’est pas vrai). L’objectif des détracteurs est de montrer que le facteur h n’est pas fiable car il suffit d’écrire un article bien polémique pour faire exploser ces indicateurs. On examine donc le cas de J. Beneviste afin de voir si la polémique sur la “mémoire de l’eau” a pu perturber ses indicateurs bibliométriques… Lire la suite

Source : Le h-index de Jacques Benveniste / le blog de Rachel : Gaïa Universitas, billet posté le 7 juillet 2009, en savoir plus sur l’auteur ici

Civilisation contre évaluation, par Régis Debray

Régis Debray était invité le 18 mai sur France Inter

Régis Debray sur France Inter « Il faut savoir compter la peine des hommes et évaluer le prix des choses. Mais surestimer le critère quantitatif est encore plus irresponsable. Mais défaire le lien pour faire du chiffre, sacrifier la sociabilité à la rentabilité, et transformer le critère quantitatif en juge suprême conduit à de plus grands désastres encore…  »   Lire la suite

Source : marianne2.fr