Attractivité de la France dans le domaine de l’enseignement supérieur : points forts, points faibles (Observatoire des Sciences et Techniques, OST)

Lire dans le n° 7 de la revue Repères (Campus France) l’article relatif à la place de la France au regard de sa production scientifique… (par Philippe Vidal, Chargé de mission à l’Observatoire des Sciences et des Techniques et Ghislaine Filliatreau, Directrice de l’Observatoire des Sciences et des Techniques).

Publicités

Les 3 activités du chercheur : recherche, socialisation, valorisation / par Julien Pierre

Comment mettre ses travaux de recherche en valeur grâce au web 2.0 ? Quels en sont les apports, les limites ? Comment valoriser la recherche scientifique ?

Voici quelques éléments de réponse à travers ce support de formation dont l’auteur Julien Pierre est doctorant en SIC. Il prépare actuellement une thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la Communication (SIC), à Grenoble III, sous la direction de Fabienne Martin-Juchat, intitulée : « Pratiques, usages et enjeux sociopolitiques de l’identité numérique ». Sa formation s’intitulait : « La valorisation des réseaux sociaux dans la recherche scientifique »

Combien publient les politistes (…) / Fabien Jobard (RFSP, vol. 60, N°1, février 2010)

Chronique professionnelle :

Combien publient les politistes ? La productivité des politistes du CNRS et leurs supports de publication / par Fabien Jobard
Revue Française de Science Politique, vol. 60, n° 1, février 2010.

« Connaître la productivité des chercheurs en sciences sociales est une tâche difficile, et peu s’y sont attelés. Il faut par conséquent donner d’emblée crédit à Bernard Belloc, professeur des universités en économie, conseiller au Président de la république sur les questions d’enseignement supérieur et de recherche, de s’être récemment confronté à l’exercice. Au terme de son estimation, « 30 % » des chercheurs en sciences humaines et sociales ne publient jamais rien dans leur vie. Pas même dans la « Dépêche du Midi »… Lire la suite


La recherche est-elle soluble dans le chiffre ? Contribution au débat sur l’évaluation à la Fondation nationale des sciences politiques / par Denis Constant-Martin (Sciences Po Bordeaux, CEAN)

Dans les débats actuels sur les transformations du paysage de la recherche et de l’enseignement supérieur, la question de l’évaluation est au coeur  de nombreuses controverses. Pour informer ses membres et publics, l’AFSP propose de retrouver  les principales pièces du dossier dont le texte de Denis Constant-Martin (Sciences Po Bordeaux, CEAN) fait partie.

Évaluation des enseignants-chercheurs : les ébauches du futur rapport / AMUE.fr

La CPU, la CP-CNU et le MESR se sont accordés sur le contenu du rapport d’activité devant servir de base à l’examen des demandes de promotion des enseignants-chercheurs et à leur évaluation individuelle par leur section du Conseil National des Universités.

Comme le rappelle la CPU dans sa lettre d’information du 21 janvier 2010, le décret fixant les dispositions statutaires applicables aux enseignant-chercheurs du 6 juin 1984, modifié par le décret du 23 avril 2009, prévoit que « chaque enseignant-chercheur devra établir, au moins tous les quatre ans, et chaque fois qu’il sera candidat à une promotion, un rapport mentionnant l’ensemble de ses activités et leur évolution éventuelle ». Dans ce cadre, la Conférence des Présidents d’université, la commission permanente du Conseil nationale des universités et le ministère se sont accordés sur les bases du contenu du rapport d’activité des enseignants-chercheurs… Lire la suite

Source : Article posté le 12 février 2010 sur le site de l’Agence de mutualisation des universités et établissements

La bibliométrie, usages et limites, par Prisme (PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs)

L’Observatoire des Sciences et Techniques (OST) est l’organisme qui publie des indicateurs sur la science et la technologie à partir des grandes bases de données qu’elle exploite sur les publications , (Web of Science ) , sur les brevets et sur les programmes européens de recherche .Elle publie un rapport biennal sur ses indicateurs.C’est l’OST qui permet d’estimer la position de la France dans la production scientifique mondiale et qui fournit les indicateurs en ce domaine pour la LOLF ,en matière de publication scientifique et d’impact de ces publications . L’OST a donc de fait introduit la bibliométrie en France et Ghislaine Fillatreau en est une des premières spécialistes…

Lire la suite…

Liens utiles sur les notions de facteurs d’impact et de citations / par Manuel Durand-Barthez

Manuel Durand-Barthez, diplômé de l’École Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et Bibliothèques (ENSSIB – 1976), est docteur ès-Lettres.  D’abord conservateur à la Bibliothèque Nationale de France, il se spécialise dès 1982 dans le domaine de l’information scientifique et technique (IST), au CNAM (Paris) puis à Toulouse (UPS) depuis 1986.  Il s’intéresse en outre à la Propriété Industrielle et à la Scientométrie. Il participe à un projet régional de collecte, de diffusion et de valorisation des publications scientifiques. Il est co-responsable de l’Urfist de Paris depuis septembre 2009.  L’Urfist de Paris met sur pied un groupe de travail et de réflexion sur l’évaluation de la recherche à travers, pour l’essentiel, les publications scientifiques. C’est l’aspect documentaire de cette question qui intéressera au premier chef. La spécificité des SHS représente dans ce cadre un aspect à mettre en valeur dans le contexte actuel.

Voici la page de Manuel Durand-Barthez sur laquelle on peut trouver un certain nombre de ressources et liens sur les questions bibliométriques.

Statut et carrière des enseignants chercheurs : assises de la SFSIC

Le “Non-publiant” sur Histoires d’Universités, blog du Monde.fr

Le “non-publiant” est un enseignant-chercheur qui, dans cette période d’une évaluation tous azimuts et exacerbée, fait l’objet de toutes les attentions. Traqué par ici, menacé par là, il ne peut plus se cacher. Pourquoi un enseignant-chercheur ne publie-t-il pas ou plus les résultats de ses recherches ?…

Lire la suite…

Le h-index et les champs disciplinaires / Rachel Gliese (Gaïa Universitas)

gaiaihindexLe mouvement de contestation universitaire a vu se développer une fronde contre l’évaluation ou les critères d’évaluation. La lettre symbole est la lettre « h », indice bibliométrique pour les individus. Cet indice « h » est l’indice de Hirsch (h-index ou facteur h), définit comme tel : Un scientifique a un indice h si h de ses N articles ont chacun au moins h citations… Lire la suite

Source : Le h-index et les champs disciplinaires/ Rachel Gliese, billet posté le 6 octobre 2009 sur le blog Gaïa Universitas

« French Homo Publicus » / Martial Foucault

foucualtDans le cadre du séminaire PCEE, qui aura lieu le jeudi 15 octobre 2009 à Sciences Po Bordeaux, Martial Foucault (Université de Montréal), professeur invité à Sciences Po Bordeaux, viendra présenter son article « French Homo Publicus », une passionnante réflexion sur la place occupée par les politistes français dans la discipline au prisme de leurs publications.

Résumé : Mesurer le rayonnement scientifique d’un chercheur, connaître l’influence de ses travaux dans la communauté font généralement partie des outils à la disposition d’évaluateurs institutionnels d’une discipline. Il est fréquent d’y être soumis lors d’étapes de recrutement, de promotion ou encore d’évaluation de projets de recherche. Toutefois, la montée en puissance des outils bibliométriques en sciences sociales soulève un nombre inépuisable de questions liées à la pertinence de telles analyses, aux biais méthodologiques inhérents à leur emploi ou encore l’exploitation politique de leurs résultats. En science politique, de nombreux travaux ont recours aux évaluations bibliométriques. Par exemple, Giles and Garand aux Etats-Unis, Montpetit, Blais et Foucault au Canada ont mis en évidence les déterminants pour un politiste pour être cité par ses collègues. D’autres auteurs s’appuient sur une telle quantification pour établir de classements de départements de science politique. L’objectif de cet article est double. En premier lieu, il propose d’établir un bilan des travaux publiés par l’ensemble des politistes français en activité (chercheurs et enseignants-chercheurs). En deuxième lieu, l’article cherche à évaluer quels sont les facteurs les plus susceptibles d’influencer l’influence de ces travaux. La méthode consiste à estimer le nombre de citations par travail publié selon la base de citations ISI Thomson. Ce travail exploratoire met en évidence l’influence des champs d’étude (sociologie électorale, relations internationales, politiques publiques, …), des méthodes utilisées, la qualité des journaux/revues, du contexte institutionnel de recherche (taille des laboratoires), le statut du publiant, l’âge, le genre…

Plus d’infos sur le site de SPIRIT

Lire aussi à cet effet le billet posté sur ce  blog le 24 février 2009

Le classement par la réputation : une contribution au débat actuel sur le classement des revues / par Emiliano Grossman

grossmannLe débat en cours dans notre profession sur le bien-fondé de divers modes d’évaluation de la recherche a au moins le mérite de faire connaître la grande variété de formes d’évaluation qui existent. Cette variété met en perspective et relativise l’importance accordée par certains aux seuls critères bibliométriques. Sans revenir sur les nombreuses critiques de ces derniers, cette contribution se propose de répliquer des sondages réalisées par Mclean, Blais, Garand et Giles au Canada, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. La réalisation de ce sondage en ligne sur la qualité des revues est actuellement en cours de réalisation. Il met l’accent sur les stratégies de publication, les habitudes de lecture et d’enseignement des participants. Les résultats devraient permettre de comprendre l’utilisation des revues francophones dans la recherche et l’enseignement, ainsi que leur place par rapport aux revues non-francophones… Lire le rapport de Emiliano Grossman

Source : Congrès du soixantenaire de l’AFSP, 2009, Module 2 « Enquêtes » Enquête(s) sur une science politique en devenir