« Le coût du savoir »: Grogne des chercheurs contre les editeurs commerciaux

  Harvard rejoint les universitaires pour un boycott des éditeurs

Le Monde.fr | 25.04.2012 à 20h57 • Mis à jour le 26.04.2012 à 10h57

Par Anna Benjamin

Plus de 10 000 universitaires du monde entier ont déjà signé la pétition, « Le coût du savoir ». Elle appelle au boycott de Elsevier, le géant hollandais de l’édition qui publie 2 000 revues scientifiques différentes par an. En cause : le prix des abonnements à ces revues que payent les bibliothèques des universités. Elles dépenseraient souvent plus de la moitié de leur budget dans ces achats à trois grands éditeurs commerciaux : Elsevier, Springer et Wiley.

Lire le texte

Publicités

Liberté des réseaux socionumériques, contrainte des chercheurs / Yves Gingras, Hermès n° 59, 2011

Numéro 59 de la revue Hermès consacré aux réseaux socionumériques : « Ces réseaux numériques dits sociaux », sommaire de la revue disponible ici.

en exergue, une réflexion d’Yves Gingras sur les réseaux socionumériques et les contraintes d’utilisation par les chercheurs :

Les 3 activités du chercheur : recherche, socialisation, valorisation / par Julien Pierre

Comment mettre ses travaux de recherche en valeur grâce au web 2.0 ? Quels en sont les apports, les limites ? Comment valoriser la recherche scientifique ?

Voici quelques éléments de réponse à travers ce support de formation dont l’auteur Julien Pierre est doctorant en SIC. Il prépare actuellement une thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la Communication (SIC), à Grenoble III, sous la direction de Fabienne Martin-Juchat, intitulée : « Pratiques, usages et enjeux sociopolitiques de l’identité numérique ». Sa formation s’intitulait : « La valorisation des réseaux sociaux dans la recherche scientifique »

Évaluer aussi les enseignants à l’université / Jean-Baptiste Hiriart-Urruty (Pour la science.fr)

La recherche scientifique et ses acteurs font depuis longtemps l’objet d’une évaluation systématique. Il devrait en être de même pour l’enseignement supérieur français.

Source : Évaluer aussi les enseignants à l’université / Jean-Baptiste Hiriart-Urruty, Pour la science.fr, n° 392, juin 2010.

Evaluer la recherche : une convergence des idées et des pratiques en Europe ? / Éditorial de Jean-François Dhainaut (AERES)

Evaluer la recherche : une convergence des idées et des pratiques en Europe ?

Évaluer la recherche s’inscrit dans un projet qui consiste à identifier les moyens les plus adaptés pour structurer la transformation du système d’enseignement supérieur et de recherche. L’entreprise est complexe et les moyens d’y parvenir sont un constant objet de débat dans la plupart des pays.

Les méthodes d’évaluation de la recherche auxquelles il est recouru dans le monde scientifique sont très diverses : à la recherche du meilleur outil, chacun met au point ses propres démarches. On peut toutefois dégager une tendance : le tout bibliométrique ne fait pas l’unanimité.

Les responsables de l’évaluation, notamment en Europe, procèdent à une réorientation et une adaptation de leurs méthodes. C’est en particulier le cas, récent, au Royaume-Uni et, depuis plusieurs années, aux Pays-Bas où l’Association des universités, l’Académie royale des arts et des sciences et l’Organisation de la recherche scientifique ont récemment fait paraître la quatrième édition de leur référentiel pour l’évaluation de la recherche.

Ce qu’on peut tout d’abord retenir du Standard Evaluation Protocol 2009-2015 néerlandais, c’est que la procédure prévoit :… Lire la suite

Source : Éditorial de Jean-François Dhainaut / AERES

La recherche ou l’évaluation permanente / N’autre école, n°25, hiver 2010

Le numéro 25 de la revue N’autre école est consacré à l’évaluation: « L’évaluation : du zéro à l’infini« 

« Connaître la pieuvre : d’où vient l’évaluation, notée ou pas, dans l’entreprise et dans l’école. Y répondre : par le refus quand nécessaire, par son double intelligent, sensible et rigoureux dans l’ordinaire des jours. Si notre numéro est copieux, ce n’est pas seulement fonction de l’enjeu, mais parce que les exemples de « contre-évaluation » sont nombreux, et « transférables » comme on dit…« 

A lire particulièrement l’article  intitulé « La recherche ou l’évaluation permanente » signé par Cécile Quantin et Olivier Plantevin, p.46.

Pour feuilleter la revue, c’est ici

La recherche est-elle soluble dans le chiffre ? Contribution au débat sur l’évaluation à la Fondation nationale des sciences politiques / par Denis Constant-Martin (Sciences Po Bordeaux, CEAN)

Dans les débats actuels sur les transformations du paysage de la recherche et de l’enseignement supérieur, la question de l’évaluation est au coeur  de nombreuses controverses. Pour informer ses membres et publics, l’AFSP propose de retrouver  les principales pièces du dossier dont le texte de Denis Constant-Martin (Sciences Po Bordeaux, CEAN) fait partie.

JournalBase. Comparer les bases de données scientifiques internationales en sciences humaines et sociales (TGE Adonis)

Au moment où les outils bibliométriques soulèvent maints débats quant à leur application dans le champ des sciences humaines et sociales, cette nouvelle publication, de Michèle Dassa, Christine Kosmopoulos et Denise Pumain, a pour objectif d’alerter sur les contenus de ces bases de données…

Lire la suite…

Accéder à l’article

Publier sans périr (journée de débat et d’action) (blog evaluation.hypothèses.org)

A l’invitation de la FFPP/AEPU (voir : Fédérer, n°43, janvier 2009 et n°44, février 2009), 52 revues (à la date du 23 décembre 2009) ont initié une démarche et une action qui visent le soutien et la reconnaissance de la qualité scientifique des revues de psychologie de langue française.

Lire la suite…

Évaluation de la recherche et rôle des BU

Ce rapport tente de mettre en lumière les relations entre bibliothèques (de recherche) et mécanismes d’évaluation de la recherche dans cinq pays: Australie, Danemark, Pays-Bas, Irlande, Royaume-Uni.

Le rapport passe en revue, pour chaque pays, les thèmes suivants:

  • Rôle de l’évaluation de la recherche
  • Forme de l’évaluation de la recherche
  • Evaluation interne
  • Liens avec les financements
  • Effet de l’évaluation de la recherche sur la valeur académique

… Lire le rapport

Royaume-Uni: polémique sur l’évaluation des humanités, sur Fabula.org (Alexandre Gefen)

On a longtemps présenté en France le RAE (Research Assessment Exercise), pratiqué périodiquement au Royaume-Uni, comme l’un des meilleurs exemples de l’évaluation de la recherche académique. Or, voici que le prochain RAE propose un nouveau critère d’évaluation: l’impact sur l’économie et la société, impact censé se mesurer par la création d’entreprises, la commercialisation de nouveaux produits et services, l’attractivité vis-à-vis d’investisseurs extérieurs, les conséquences sur les politiques publiques et les services publics, l’amélioration des soins et du système de santé, de la protection sociale et de la sécurité nationale. L’impact sur l’économie et la société, tel qu’il est ici entendu, n’a rien à voir avec l’influence intellectuelle d’une recherche ou la vulgarisation scientifique. Et il comptera pour un quart de la note globale attribuée à une institution de recherche….

Lire la suite…

La Grande-Bretagne réévalue sa réforme de l’évaluation / J.-F. Méla

JFmelaDepuis plus de 20 ans, la Grande-Bretagne avait mis en oeuvre un système d’évaluation systématique et centralisé de la recherche universitaire, le Research Assessment Exercise (RAE). Il ne s’agissait pas d’une agence comme aujourd’hui l’AERES en France, mais de l’organisation tous les quatre à six ans d’une grande campagne d’évaluation de tous les départements de recherche des universités. Le RAE était mis en place, de façon très « professionnelle », par les financeurs publics (funding bodies)[1] dont les crédits de recherche aux universités étaient ensuite calculés sur la base des résultats du RAE. Ces résultats servaient aussi aux universités à déterminer leur politique. L’évaluation était faite de façon classique et indépendante par des comités d’experts sur le mode de la peer review[2]. Mais cet exercice s’avérait extrêmement lourd, aussi bien pour ceux qui le faisaient que pour les universités qui le subissaient, avec des conséquences limitées en matière de financement de la recherche… Lire la suite

Source : La Grande-Bretagne réévalue sa réforme de l’évaluation / J.-F. Méla, JFM’s Blog, billet posté le 6 octobre 2009.

Lire aussi la réaction de Pierre Dubois sur l’Évaluation à l’anglaise, un billet posté le 14 octobre 2009.